Redon (Ille-et-Vilaine)

Ailleurs en France

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Redon, 2018.

Le monument aux morts de Redon est un superbe mausolée représentant d’un côté, une femme drapée d’un long manteau, bras tendus vers l’avant, le visage déformé par la douleur de la perte et d’un autre côté, un Poilu au secours d’un blessé sur le front, dans un bas-relief en bronze.

Cet ensemble admirable a été réalisé par le sculpteur Eric de Nussy (1887 – 1945) et la fonderie A. Montagnier.

On peut y lire deux strophes d’un poème de Victor HUGO :

« CEUX QUI PIEUSEMENT SONT MORTS POUR LA PATRIE
ONT DROIT QU’À LEUR CERCUEIL LA FOULE VIENNE ET PRIE,
ENTRE LES PLUS BEAUX NOMS, LEUR NOM EST LE PLUS BEAU.
TOUTE GLOIRE PRÈS D’EUX PASSE ET TOMBE ÉPHÉMÈRE,
ET COMME FERAIT UNE MÈRE
LA VOIX D’UN PEUPLE ENTIER LES BERCE EN LEUR TOMBEAU.

GLOIRE À NOTRE FRANCE ÉTERNELLE
GLOIRE À CEUX QUI SONT MORTS POUR ELLE
AUX MARTYRS ! AUX VAILLANTS ! AUX FORTS !
À CEUX QU’ENFLAMME LEUR EXEMPLE
ET QUI MOURRONT COMME ILS SONT MORTS ! »

Commémorations du Centenaire de l’Armistice 1918-2018

  • Retrouvez les photographies de Serge Philippe Lecourt dans l’exposition « Les plus beaux monuments aux morts normands » à la médiathèque de Saint-Sever du 3 au 11 novembre 2018. Entrée libre et gratuite. Inauguration le samedi 3/11 à 14H.

 

  • Conférence projection photographique de Serge Philippe Lecourt le samedi 10 novembre à 19h à la chapelle du musée de Vire-Normandie. Entrée libre et gratuite.

Lantheuil

Calvados, Normandie

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Lantheuil, 2017.

Le monument aux morts de Lantheuil est construit le long du mur de l’église. Il est composé d’un bas-relief représentant des femmes et des enfants et de deux plaques. L’une indique le nom des morts pour la France, l’autre invite au souvenir et à la paix :

« LE SOUVENIR
DE LEURS SACRIFICES
NOUS INVITE À FAIRE
VIVIRE DANS LA PAIX
NOS VALEURS
DE LIBERTÉ D’ÉGALITÉ
ET DE FRATERNITÉ« 

Argentan

Normandie, Orne

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts d’Argentan.

Le monument aux morts d’Argentan domine la place du marché. Une femme, victoire ailée, se dresse en haut d’un mausolée. A ses pieds, un bas-relief représente un Poilu et une femme se regardant de part et d’autre de l’inscription commémorative de la ville d’Argentan.

Ce monument inauguré en 1923 a été réalisé par l’architecte Félix BESNARD BERNARDAC, les sculpteurs Carlo SARRABEZOLLES (1888 – 1971) et Paul SILVESTRE (1884 – 1976) et a été fondu en bronze par la célèbre fonderie BARBEDIENNE.

Bellême

Normandie, Orne

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Bellême.

Le monument aux morts de Bellême est un mausolée avec en son centre un bas-relief représentant un Poilu de profil. Dans sa main gauche, il porte une femme ailée, symbole de la victoire. Ce monument a été sculpté par Louis BARILLET (1880-1948), sculpteur né à Alençon.

Gisors

Eure, Normandie

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Gisors.

Le monument aux morts de Gisors représente un Poilu les poings serrés surmonté d’une figure féminine symbolisant la victoire, tenant une couronne de laurier dans une main. Au dos du piédestal, on peut voir sur une plaque une femme en deuil et son enfant au-dessus d’un Poilu gisant.

Ce monument a été réalisé par le sculpteur Georges CHAUVEL, né à Elbeuf (1886-1962) et la Fonderie belge Debraz et Monsere.

La Graverie

Calvados, Normandie

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de La Graverie.

Le monument aux morts de La Graverie est un bas-relief représentant un buste de Poilu sculpté à même le bloc granitique « bleu de Vire ». En effet, le bocage virois est riche de ce matériau qui a notamment était utilisé pour la Tombe du Soldat Inconnu sous l’Arc de Triomphe à Paris.

Plus de détails sur le bleu de Vire : le Parc-Musée du granit de Saint-Michel-de-Montjoie

Le Creusot (Saône-et-Loire)

Ailleurs en France

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts du Creusot, Saône-et-Loire.

La ville du Creusot dispose d’un imposant monument aux 879 morts creusotins morts pour la France durant la Première Guerre mondiale. Inauguré en 1930, il a été réalisé par l’entreprise Pagani, sous la direction de l’architecte M. Devillard, avec des sculptures de Descotes.

La sculpture centrale représente une femme pleurant sur un tombeau. Au-dessus d’elle, un médaillon avec un Poilu et l’inscription

« Aux héroïques et glorieux enfants du Creusot morts pour la France – Honneur et patrie ».

Les Andelys

Eure, Normandie

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts des Andelys.

La ville des Andelys compte trois monuments aux morts : une plaque commémorative dans l’église Saint-Sauveur, une stèle dans un square et une autre stèle devant le lycée Jean Moulin : c’est le monument aux morts militaire réalisé par l’entreprise rouennaise Duchauchoy.

Sur cette stèle, un bas-relief représente un groupe de Poilus souriant et chantant, armés d’un fusil et de leur tenue militaire. Au-dessus du groupe de Poilus, on peut lire : « L’Ecole militaire des Andelys à ses élèves morts pour la Patrie ».

Ce monument rappelle l’enthousiasme et la confiance des soldats au début de la guerre de 1914, ils pensaient que la guerre durerait trois semaines seulement.

Jurques

Calvados, Normandie

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Jurques.

Le monument aux morts de Jurques est un Poilu debout tenant une palme dans sa main gauche. A ses pieds, un bas-relief intitulé « Le sacrifice » où un soldat meure, un ange au-dessus de lui.

J’ai pris ces photographies un jour de pluie ce qui permet d’obtenir des effets esthétiques différents. Sur certaines images, le Poilu est représenté à travers la pluie qui ruisselle, comme autant de larmes versées pour les morts de la Première Guerre mondiale.

Saint-Agnan-sur-Erre

Normandie, Orne

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Saint-Agnan-sur-Erre.

Le monument aux morts de Saint-Agnan-sur-Erre est un bas-relief en bronze représentant une femme en robe entourée de colombes, symboles de la paix. Il a été réalisé par un sculpteur contemporain et se situe sur un côté de l’église.

Pour l’anecdote, il ne s’agit pas de la sculpture d’origine qui avait été réalisée par Henri CHAPU  (1833 – 1891) en 1927. Celle-ci a été volée en 2006 et remplacée par la municipalité. Vous pouvez voir la sculpture d’Henri Chapu en cliquant ici.

Mortagne-au-Perche

Normandie, Orne

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Mortagne au Perche

Le monument aux morts de Mortagne-au-Perche, situé à l’ombre de l’église, est un mausolée composé d’une grande statue en pierre représentant une allégorie de la patrie, les bras ouverts, et des reliefs en bronze montrant des Poilus en train de se battre et de mourir au combat.

La Ferté Macé

Normandie, Orne

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de La Ferté Macé.

Inauguré en 1928, le monument aux morts de La Ferté Macé est l’oeuvre maîtresse du sculpteur fertois Marcel PIERRE (1897 – 1969), qui porte bien son nom de famille ! Ce monument a été construit à partir de grands blocs de pierre blanche et de granit des Vosges.

A travers 4 haut-reliefs, il représente les scènes principales de la Première Guerre mondiale :

  • la mobilisation du 2 août 1914 : l’homme quitte sa famille pour partir au front
  • l’invasion de la France par les Allemands, suivi de l’exode des Français en août et septembre 1914
  • le combat au Front et dans les tranchées pendant quatre années
  • la victoire avec l’Armistice du 11 novembre 1918

Il s’agit là d’un monument très expressif où sont mis en avant les sentiments des hommes et des femmes tout au long de cette guerre : de la tristesse à la liesse, en passant par la peur, la haine et le courage.

Caen : « Les Normands sont là. »

Calvados, Normandie

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Caen.

Le monument aux morts de la ville de Caen est particulièrement remarquable. Composé d’une colonne surmontée d’une figure féminine ailée (représentation de la victoire) et d’un socle avec de bas-reliefs très détaillés (représentation des soldats au combat), il trône au milieu de la place Foch à Caen et sert aujourd’hui davantage de rond-point que de lieu mémoriel.

On peut y lire des citations du maréchal Pétain, du commandant-en-chef des forces alliées sur le front de l’Ouest Ferdinand Foch et de l’officier général Joseph Joffre, ce qui est assez rare sur un monument aux morts.

Voici le contenu de ces citations :

« Le 9 avril est une journée glorieuse pour nos armées. Les assauts furieux du Konprinz ont été partout brisés. Les Allemands attaqueront sans doute encore. Que chacun travaille et veille pour obtenir le même succès qu’hier.
Courage. On les aura. »
PETAIN

« Vous avez gagné la plus grande bataille de l’histoire et sauvé la cause la plus sacrée : la liberté du monde. Soyez fiers ! D’une gloire immortelle vous avez paré vos drapeaux. La postérité vous garde la reconnaissance. »
FOCH

« Au moment de s’engager dans une bataille dont dépend le salut du pays il importe de rappeler à tous que le moment n’est plus de regarder en arrière. Tous les efforts devront être employés à attaquer et à refouler l’ennemi. Toute troupe qui ne peut plus avancer devra coûte que coûte garder le terrain conquis et se faire tuer sur place plutôt que de reculer.
Aucune défaillance ne peut être tolérée. »
JOFFRE

Une seconde citation de Foch rend particulièrement hommage aux soldats normands :

« Je suis tranquille
Les Normands sont là. »