Cérémonie du 11 novembre 2016 à Caen

Calvados, Non classé, Normandie

© Serge Philippe Lecourt, Cérémonie du 11 novembre 2016 à Caen

« Je suis tranquille, les Normands sont là. »

Foch, (pendant la bataille du Kemmel, 1918)

Près d’un millier de personnes étaient présentes lors des cérémonies de commémorations ce 11 novembre 2016 dont 241 élèves de la ville rendant hommage aux 241 poilus Caennais tombés en 1916.

On a tendance à mésestimer le rôle des normands dans la Grande Guerre comparé au débarquement de 1944 qui a cristallisé l’essentiel du devoir mémoriel. C’est une erreur, car le Calvados comme les 4 autres départements normands ont participé de manière active à l’effort de guerre, 100 000 de ses enfants y sont morts. En outre, la mise à disposition de ses ressources agricoles et industrielles,  l’accueil des réfugiés ainsi que l’organisation des soins dans les nombreux hôpitaux de la région furent des éléments déterminants qui contribuèrent à la victoire. Enfin, n’oublions pas que c’est un jeune Normand Auguste Thin qui désigna le soldat inconnu qui repose sous l’Arc de Triomphe sous une dalle de granit qui provient de Vire Normandie.

Caen : monument aux morts

Calvados, Normandie

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Caen, enceinte du Château.

Le monument aux morts du 36e régiment d’infanterie, situé dans l’enceinte du Château de Caen, a été récemment rénové. Il porte la signature du sculpteur Halbout.

Plus d’informations à venir.

Caen : « Les Normands sont là. »

Calvados, Normandie

© Serge Philippe Lecourt, Monument aux morts de Caen.

Le monument aux morts de la ville de Caen est particulièrement remarquable. Composé d’une colonne surmontée d’une figure féminine ailée (représentation de la victoire) et d’un socle avec de bas-reliefs très détaillés (représentation des soldats au combat), il trône au milieu de la place Foch à Caen et sert aujourd’hui davantage de rond-point que de lieu mémoriel.

On peut y lire des citations du maréchal Pétain, du commandant-en-chef des forces alliées sur le front de l’Ouest Ferdinand Foch et de l’officier général Joseph Joffre, ce qui est assez rare sur un monument aux morts.

Voici le contenu de ces citations :

« Le 9 avril est une journée glorieuse pour nos armées. Les assauts furieux du Konprinz ont été partout brisés. Les Allemands attaqueront sans doute encore. Que chacun travaille et veille pour obtenir le même succès qu’hier.
Courage. On les aura. »
PETAIN

« Vous avez gagné la plus grande bataille de l’histoire et sauvé la cause la plus sacrée : la liberté du monde. Soyez fiers ! D’une gloire immortelle vous avez paré vos drapeaux. La postérité vous garde la reconnaissance. »
FOCH

« Au moment de s’engager dans une bataille dont dépend le salut du pays il importe de rappeler à tous que le moment n’est plus de regarder en arrière. Tous les efforts devront être employés à attaquer et à refouler l’ennemi. Toute troupe qui ne peut plus avancer devra coûte que coûte garder le terrain conquis et se faire tuer sur place plutôt que de reculer.
Aucune défaillance ne peut être tolérée. »
JOFFRE

Une seconde citation de Foch rend particulièrement hommage aux soldats normands :

« Je suis tranquille
Les Normands sont là. »